• l'homme et la mer(pour les croqueurs de mots)

     

    L’homme et la mer


    Homme libre, toujours tu chériras la mer !
    La mer est ton miroir ; tu contemples ton âme
    Dans le déroulement infini de sa lame,
    Et ton esprit n’est pas un gouffre moins amer.

    Tu te plais à plonger au sein de ton image ;
    Tu l’embrasses des yeux et des bras, et ton cœur
    Se distrait quelquefois de sa propre rumeur
    Au bruit de cette plainte indomptable et sauvage.

    Vous êtes tous les deux ténébreux et discrets :
    Homme, nul n’a sondé le fond de tes abîmes ;
    Ô mer, nul ne connaît tes richesses intimes,
    Tant vous êtes jaloux de garder vos secrets !

    Et cependant voilà des siècles innombrables
    Que vous vous combattez sans pitié ni remord,
    Tellement vous aimez le carnage et la mort,
    Ô lutteurs éternels, ô frères implacables !

    Charles Baudelaire


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Jeudi 30 Juillet 2015 à 09:40

    Bonjour Vénusia... Ah oui...Je connais ce Baudelaire, l'homme ne fait pas que la chérir, il l'a pollue aussi de nos jours, merci à toi, bon jeudi, bises de jll

    2
    Jeudi 30 Juillet 2015 à 17:50

    un joli poème

    3
    Jeudi 30 Juillet 2015 à 21:34

    Un beau poème que j'ai lu autrefois je chéri aussi énormément la mer.

    Vive Baudelaire! Vive la poésie! 

    4
    Mardi 18 Août 2015 à 17:39

    Un grand merci à tous les Croqueurs qui ont participé

    au défi n° sur le thème de l’Océan. Actuellement nous

    en sommes à 32 participants et 109 participations. Le défi

    se termine le Mercredi 2 Septembre mais comme je pars

    en vacances et qu’ensuite c’est la rentrée je n’aurai que

    deux jours à vous consacrer pour faire le bilan (le 26 Août

    et le 2 Septembre). N’oubliez pas d’aller lire et commenter

    les participations. A bientôt !

     

    Merci beaucoup Vénusia d’avoir participé à cette belle aventure.

     

     

    5
    Samedi 22 Août 2015 à 09:34

    Toujours le même plaisir à lire Baudelaire.

    Moins connu, j'aime beaucoup aussi les hiboux :

     

    Les hiboux

    Sous les ifs noirs qui les abritent,
    Les hiboux se tiennent rangés,
    Ainsi que des dieux étrangers,
    Dardant leur oeil rouge. Ils méditent.

    Sans remuer ils se tiendront
    Jusqu'à l'heure mélancolique
    Où, poussant le soleil oblique,
    Les ténèbres s'établiront.

    Leur attitude au sage enseigne
    Qu'il faut en ce monde qu'il craigne
    Le tumulte et le mouvement,

    L'homme ivre d'une ombre qui passe
    Porte toujours le châtiment
    D'avoir voulu changer de place.

    Bises, JC

    6
    Mercredi 26 Août 2015 à 06:28

    Coucou Chantal,


    Baudelaire, le Maître des mots qui chantent si bien.  très beau ce poème que j'avais un peu oublié. Merci Chantal d'avoir réveillé ma mémoire.


    Merci également à Jean- Claude pour m'avoir fait découvrir celui sur les hiboux. Quel sens des images, des idées originales chez ce grand poète.


    Bises à vous deux


    Martine

    7
    Jeudi 27 Août 2015 à 05:55

    Bonjour à tous

    peu dispo(encore) en ce moment je tiens à vous remercier pour vos mots

    particulièrement JC pour ma découverte de ce poème que je ne connaissais pas

    merci infiniment de ne pas m'oubliersarcastic

     

    bises amicales à tous et toutes

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :